mise a jour pour les Malvoyant texte dans les images
Le monde était déjà parcouru dix mille ans avant Jésus Christ
Autres page d’Histoire
Translate

Compilation et adaption par pierre BUGAT de Genève

mini maxi
new
Histoire de Massalia/Marseille Les îles Diaoyutai à qui ? Le Palais d'été a Pékin

On estime que la terre a 4.6 milliards d’années tandis que nos ancêtres eux, seraient apparus il y a 1.8 millions d’années.

Ocre (oxyde de fer) gravé trouvé dans la grotte de Blombos à 200 kilomètres du Cap en Afrique du Sud, datés d’environ - 77 000 ans a été découvert dans un atelier destiné à la fabrication par Homo sapiens d'ocre bien plus ancien, puisqu'il est daté de 100 000 ans. Des ossements, du charbon, des pierres utilisées comme pilon et grattoir, mais aussi deux coquillages servant de récipient pour une mixture pigmentaire (photo) ont été retrouvés.apporté sur place que depuis un site distant environ 40 kilomètres. Bloc d'ocre gravé attestation de la pensée Cet objet, comportant une série de lignes parallèles, est la première attestation connue de l’existence de la "pensée symbolique" qui caractérise l’homme moderne (homo sapiens). L’homme moderne apparaît pour la première fois, en Afrique, il y a plus de 130 000 ans.
Les gravures et les artefacts Des pointes bifaciales et en os dans la grotte de Blombos constituent une autre confirmation de l’antériorité de l’homme moderne en Afrique par rapport aux autres continents (homo sapiens). Cet art, le plus ancien connu dans le monde, à ce jour, précède de - 30 000 à - 40 000 ans le magnifique art pariétal du Sud de l’Europe (l'Abri Castanet dans le Périgord noir - 37 000 ans, la Grotte Chauvet en France, le site d’Altamira en Espagne, la grotte de Coliboaia en Roumanie ...)

Les décorations rupestres dans la grotte de Chauvet‎.

pantères au fusain

Selon plusieurs datations au radiocarbone, les dessins remonteraient à une période allant de -32000 à -30000 ans. Par comparaison, celles retrouvées dans la grotte de Lascaux sont estimées vieilles de -17 000 à 18 000 ans.
La falaise se situant au-dessus de l’entrée de la grotte de Chauvet s’est effondrée à plusieurs reprises dont une première fois il y a -29 000 ans et une dernière fois il y a environ -21 000 ans, empêchant après cela tout accès à la grotte. les précédentes datations au radiocarbone des dessins, de morceaux de charbon de bois et des ossements des animaux qui se trouvaient à l’intérieur les situent de -30 000 à -32 000 ans dans le passé. informations venant du site

Des peintures rupestres découvertes dans une grotte en Roumanie‎.

bison au fusain

Dans une partie jusqu’ici non explorée de la grotte de Coliboaia (département de Bihor), dans le parc naturel des monts Apuseri.
La datation des peintures rupestres de la grotte de Coliboaia, a livré un âge très ancien, identique à celui de la grotte Chauvet. Révélant l’existence, à cette période reculée, de pratiques culturelles et spirituelles communes à tout le continent européen.(en comparaison, la grotte Lascaux en Dordogne moins 17 000 ans).
informations venant du site: Revue INORA, octobre 2011.
Les peintures noires de la grotte, représentent une vingtaine de figures avec, entre autres, deux rhinocéros, un bison noir, un équidé, deux têtes d’ours, une silhouette rappelant la forme d’un mammouth et une figure indéterminée.
Même si on est loin des 425 animaux dessinés à Chauvet, la découverte est importante. La grotte est parcourue par une rivière souterraine, qui rend le passage très difficiles. Elle maintient les traces des ourses de caverne, qui ont griffé et poli les parois.
informations venant du site

Les premières traces de feu entretenues

E lle est attestée à partir d’environ – 450 000 ans, notamment dans les sites de Menez-Dregan à Plouhinec en Bretagne, de Bilzingsleben en Allemagne ou de Vértesszõlõs en Hongrie et plus récemment de Terra Amata près de Nice.
De - 400 000 ans à Zhoukoudian en Chine. On y a retrouvé de nombreuses pièces en os et des pointes de bois de cerfs, toutes durcies au feu. Ces différents vestiges prouvent que les Sinanthopes ont maîtrisé et entretenu des foyers sur le site.
Des chercheurs des universités du Cap, de Liverpool, de Wollongong et de Bordeaux ont trouvé que le feu était utilisé pour fabriquer des outils de pierre il y a 72 000 ans dans le sud de l'Afrique. Jusqu'alors, les plus anciennes traces remontaient à 25 000 ans

Théorie de la catastrophe de Toba. Il y a environ 74 000 ans, le volcan où se trouve actuellement la caldeira du lac Toba dans l’île de Sumatra, entra en éruption avec une force trois mille fois supérieure à celle de l’éruption du Mont Saint Helens aux États-Unis en 1980. Cela conduisit à une chute de la moyenne des températures d’environ 3 à 3,5°C pour plusieurs années. Une telle chute de 3 à 3,5°C peut conduire à une baisse de plus de 15°C dans les régions tempérées. Pour preuve La grotte Cosquer, située dans les Calanques, près de Marseille en France, accessible par un tunnel dont l’entrée est à 37 mètres sous l’eau... Parmi les peintures d’animaux et gravées il y a environ 27 000 et 19 000 ans, on peut reconnaître des pingouins et des phoques ! Le climat à cette époque, était sensiblement celui de la Norvège.
informations venant du site

Il y a 77 000 ans

Les hommes fabriquaient des literies "anti-moustique", l’abri sous roche du site de Sibudu, dans la province du Kwazulu-Natal en Afrique du Sud, vient de livrer la plus ancienne trace connue de litière végétale et d’utilisation de plantes médicinales.
Plusieurs litières fossilisées date de 77 000 ans, très bien préservée, elle se compose d’une couche de tiges de joncs et de carex (une plante de la même famille), recouverte d’une très mince couche de feuilles de l’arbuste Cryptocarya que l’on trouve encore dans la flore malgache. Ce sont ses feuilles qui contiennent des produits chimiques aux vertus insecticides et larvicides et qui, une fois écrasées, ont la propriété de repousser les moustiques.
Le choix de ces feuilles en particulier laisse penser que les premiers occupants de Sibudu connaissaient les vertus médicinales de certaines plantes.
informations venant du site

Quand il sort du continent africain et peuplera l’Asie, l’Europe, l’Océanie, .... D’autres nombreux objets ont été également découverts dans cette grotte, avant l’Age Glaciaire. D’après l’étude des fossiles on pense que les activités sociales ainsi que la culture n’ont pas émergé avant l’Holocène, cliquer pour signification il y a prés de 12 000 ans, durant la fin du dernier âge glaciaire.
         Donc, durant les 7 000 années suivantes, ces cultures n’auraient apparemment pas évolué davantage et seraient demeurées à [ l’Age de Pierre ]. Pour les Mayas leurs textes sacrés font commencer leur calendrier il y a environ 50 000 ans, et datent un événement important il y a environ 12 344 ans dans lequel leur civilisation faillit disparaître.
        Cette date pourrait être celle du premier cataclysme qui toucha de plein fouet une grande partie de leur empire. Les Aztèques disent : "Nous sommes les Fils du 5ème Soleil" : non pas que notre système solaire ait eu 5 soleils, non, mais que notre Humanité est la 5ème portée par la Terre. Avant notre humanité (avant le Déluge Universel), a existé une autre civilisation, la civilisation Atlante, et avant elle, la civilisation Lémurienne.

La découverte, du plus ancien instrument aiguisé du monde daté avec certitude il y a 35 000 ans, indique que l’Australie était un important lieu d’innovation technologique. Comme en Europe dans le Jura souabe, en Allemagne, dans une grotte à Hohle Fels, lieu d’une découverte d’une petite figurine en ivoire de 6 centimètres de haut, représentant un corps de femme dont les organes sexuels ont été significativement exagérés. Son âge, estimé à 35 000 ans minimum, prend de court les préhistoriens en reculant d’au moins dix millénaires la date d’apparition de ce type d’art. Vénus de Zaraysk

Six fragments d’ivoire sculpté récupéré à la "Höhle Fels" en Allemagne, représentent le plus ancien art figuratif découvert. Datant au moins de 35 000 ans, la Vénus sexuelle est ridiculement exagérée de rondeurs et qui est de plus vieille de 5000 ans que la bien-connu "Vénus de Zaraysk" dit culture de Gravettian.


La domestication du chien.

Des scientifiques russes ont découvert la dent fossilisée d'un chien domestique en Sibérie datant d'il y a 33 000 ans, l'un des plus anciens retrouvés à ce jour. L'analyse de l'ADN extraite de la dent a permis de déterminer qu'il s'agissait bien d'un ancêtre du chien moderne. La domestication du chien est plus ancienne que le début de l'agriculture il y a environ dix mille ans.
Mais les scientifiques ne savent pas quand exactement les chiens et les loups ont divergé pour devenir deux espèces distinctes. Cette séparation remonterait à plus de 100 000 ans, selon des estimations.


la plus vieille plante jamais régénérée au monde.

En effet, morte depuis 32 000 ans, des chercheurs russes sont parvenus à la cultiver à nouveau à partir de ses graines et ses fruits, restés prisonniers du sous-sol gelé en permanence en Sibérie.
informations venant du site New York Times.
bison au fusain Elle répond au doux nom de «Silene Stenophylla».
La plante régénérée ressemble beaucoup à une version moderne qui pousse encore en Sibérie, Elle donne toutefois moins de fruits mais plus de feuilles.
Les tissus de la «Silene Stenophylla» étaient dans un état exceptionnel de conservation, selon les chercheurs.
Un état qui pourrait être dû à un écureuil qui aurait creusé une réserve de nourriture où les graines seraient venues se loger, selon eux.
Cet exploit scientifique relègue loin derrière le précédent record. Il était détenu par un dattier dont la vie est repartie à partir de graines âgées de 2000 ans retrouvées dans la forteresse de Masada en Israël.

Découverte de sculptures sur os de mammouth à Zaraysk, Vénus sculptés à 150 km au sud de Moscou (Russie) des objets sculptés dans des défenses et des ossements de mammouths. dans cette même région, les sites de Kostenki et Avdeevo ont également livré des objets (dont une Vénus Taillées il y a plus de 20 000 ans dans de l’ivoire de mammouth,) Plaques d’ivoire gravées, statuettes de femmes aux hanches larges, figurations de grands mammifères, décorations géométriques : les artistes de Zaraysk n’en finissent pas de surprendre. Une tête de bison sculptée avec grande maîtrise y avait été mise au jour, ainsi qu’un beau collier confectionné à partir de 41 dents de renard arctique. Le tout datant du Paléolithique supérieur, entre (- 30 000 ans environ et - 10 000 av. J.C. ).
informations venant du site

Le Sphinx de Gizeh

Selon de récentes études archéologiques, il semblerait qu’il soit bien plus ancien qu’on ne le pensait. En témoignent sur le site les traces d’une érosion liée à des pluies diluviennes n’ayant pu survenir qu’il y a 10 000 ans, ce qui va à l’encontre de l’attribution des pyramides à la civilisation égyptienne, née en 4 000 seulement avant J-C." de plus en 12 500 ans il regardait "sa" constellation du LION.

tête Olmèque ressemblant au Sphinx égyptien Ci-contre: Ancienne tête Olmèque (à droite) trouvée en Amérique Centrale. Sa physionomie ne correspond pas à celle des peuples latino-américains. Mais sa ressemblance avec le Sphinx égyptien (à gauche) intrigue les archéologues. Serait-ce un indice montrant qu’une même civilisation avait déjà parcouru le monde dix mille ans av. J. C. ?

Etudes faite sur le Sphinx égyptien « L’érosion du Sphinx, liée à des pluies diluviennes n’ayant pu survenir qu’il y a 10 000 ans, ces traces d’érosion sont dues à la pluie et non au vent ». comparée à celle des tombes de l’Ancien Empire, qui se trouvent à 200 mètres, signifie qu’il a des milliers d’années de plus que les tombes et donc que les pyramides.


mise a jour  : 10 juin 2014

Un secret des Egyptiens découvert.

Comment les Egyptiens sont-ils parvenus à construire des pyramides, transporter des blocs de pierre de plusieurs tonnes et déplacer des statues géantes uniquement à la force de leurs bras et de leurs jambes? Ils avaient notamment développé des systèmes de traîneaux pour déplacer plusieurs tonnes de blocs de pierre. Mais une question revenait avec insistance: comment faisaient-ils pour les tirer dans le sable? 4 500 ans plus tard, des physiciens néerlandais ont visiblement trouvé la réponse.
La solution? Elle est aussi simple qu'une goutte d'eau. Effectivement, il apparaît que les Egyptiens se sont facilités la tâche en mouillant le sable à l'avant du traîneau. La preuve est décrite dans cette fresque découverte au début des années 2000 dans la tombe de Djehutihotep. On voit clairement un homme à l'avant d'un traîneau transportant une immense statue, en train de verser du liquide sur le sable.
( cliquer sur la photo pour l’agrandir. )
secret des Egyptiens Des tests effectués en laboratoire ont démontré que la force de traction est diminuée de moitié en dosant correctement l'humidité du sable.
Question de dosage
Si on ajoute de l'eau au sable, des "ponts capillaires" se forment entre les grains. Les petites gouttes d'eau les collent entre eux et la compacité du sable augmente. Forcément, un traîneau glisse mieux sur une surface compacte. Sur le sable sec, la progression a plutôt tendance à freiner. Et en versant trop d'eau, le risque de boue est possible et la force de traction deviendra à nouveau très compliquée. Bref, tout est une question de dosage...
informations venant du site :
http://www.7sur7.be/7s7/fr/1506/Sciences/article/detail/1872528/2014/05/02/Pyramides-le-secret-des-Egyptiens-perce.dhtml


mise a jour  : 06 février 2015
France : Un postier normand de 64 ans a mis au point une théorie originale pour expliquer la construction des pyramides de l'Egypte ancienne. Ses travaux ont été publiés dans la revue d'un éminent égyptologue suisse.
informations venant du site :       mystere-des-pyramides.info/


Y a t’il un rapport avec la constellation d’Orion La disposition des pyramides suggère ce lien avec l’Atlantide. Des scientifiques ont en effet découvert que les pyramides d’Egypte étaient disposées suivant un schéma correspondant exactement à celui d’une zone de la constellation d’ORION, telle que celle-ci apparaissait en 10 450 av. J. C., c’est à dire bien avant les débuts de la civilisation égyptienne... mais à une époque pouvant être celle des Atlandes.


 

Á Tiahuanaco

Porte du soleil, date 15 000 ans

La Porte du soleil ci-joint recto verso. Pesant 10 tonnes sa date de − 15 000 ans avancée est beaucoup plus vraisemblable. On distingue sur la base de cette frise une tête d’éléphant. Le dessin est inattendu car les proboscidiens ont disparu d’Amérique du Sud à la fin du Pléistocène c’est-à-dire il y a 10 000 ans. Cette porte fait échos à la « porte de la lune »


Porte du soleil de dos

Une autre espèce identifiée qui apparaît est le Toxodon, un mammifère amphibien qui a prospéré en Amérique du Sud à la fin du Pliocène (1,6 millions d’années) et s’est éteint à la fin du Pléistocène (vers − 12 000 ans).

On trouve pas moins de 46 têtes de toxodontes ciselées dans la frise. D’autres représentations d’espèces disparues ont été découvertes sur le site : le Shelidoterium et le Macrauchenia, qui a disparu il y a 10 000 ans.

Pourtant,les représentations sont bien là et par définition, on ne peut dessiner ou sculpter que ce que l’on connaît. Ces animaux ont bien été représentés d’après nature.

Le lac Titicaca

( cliquer sur la photo pour l’agrandir. )

Se situe aujourd’hui à près de 4 000 m au dessus du niveau de la mer, lac Titicaca situé en partie en Bolivie et en partie au Pérou. Les alentours du lac Titicaca sont jonchés de coquillages fossilisés. Bien que vivant à plusieurs centaines de kilomètres de l’océan Pacifique, les poissons et crustacés du lac appartiennent en majorité à des espèces océaniques.

Sa faune marine démontre que le lac était autrefois plus salé. En fait, il est évident que les eaux étaient marines. Donc, à une certaine époque, l’ensemble de l’Altiplano a été soulevé. Les eaux marines ainsi que sa faune se sont retrouvées emprisonnées dans les Andes. A moins de 20 km du lac et plus de 30 m au dessus des côtes actuelles, se dressent les vestiges monumentaux de Tiahuanaco.

Donc ces vestiges que nul ne peut nier posent le problème suivant : Cette précision géologique est importante pour comprendre les contradictions manifestes entre ce que nous livrent les sédiments et les roches et la théorie officielle sur la construction de Tiahuanaco. Il est prouvé que Tiahuanaco était autrefois au bord du lac. Partant de ce fait, soit depuis sa construction, le niveau du lac a considérablement baissé ; soit, le terrain sur lequel se situe la cité s’est surélevé. Le problème c’est que le soulèvement de l’Altiplano s’est produit avant l’apparition de l’homme. Le point le plus déroutant est que la cité avait autrefois un port, les vestiges sont là pour en attester. Ce port était situé sur le rivage du lac Titicaca.

En Turquie, le site de Gobekli Tepe est un sanctuaire monumental construit environ 10 500 ans av. J. C., abrite à ce jour le plus vieux temple jamais mis au jour par des archéologues. Gobekli Tepe représente la plus importante découverte archéologique jamais réalisée. Cliquez sur les photos
Mégalithes taillé et décoré Mégalithes sculptées
         Après datation au carbone 14, l’âge du sanctuaire a en effet été estimé entre 11 500 et 10 000 ans, avant notre ère, devançant d’environ 70 siècles les plus anciennes pyramides égyptiennes. Une quarantaine de pierres, utilisées pour bâtir des mégalithes en forme de T, atteignant 3 mètres de haut sculptées ou non et pesant plus de 10 tonnes, mais en beaucoup mieux taillé et décoré. Ont pour l’instant été mises au jour mais des sondages géomagnétiques de ce sanctuaire monumental ont révélé que plusieurs centaines d’entre elles se trouvaient encore enterrées.
Elles sont gravées avec des motifs d’animaux, serpents, canards, grues, taureaux, renards, lions, sangliers, vaches, scorpions, fourmis, ou des parties de chasse. Le site en lui-même semble être un temple ou un site rituel. Jusqu’à ce jour, on a retrouvé 45 de ces pierres sur le site. Disposition des Mégalithes Mégalithes sculptées Mégalithes sculptées
Elles sont arrangés en forme de cercle de presque dix mètres de diamètre. Et Gobekli Tepe n’a pas fini d’intriguer les archéologues : l’âge de ce site est phénoménal : au moins 12 000 ans, voire 13 000. Le plus impressionnant est donc que l’on pensait qu’à cette période, les humains étaient chasseurs- cueilleurs et nomades et ne connaissaient certainement pas la poterie ou l’écriture ! et ils ont decoupé sculptée avec les mains ces mégalithes ??

Disposition des Mégalithes de nuit

On a retrouvé sur le site des cranes et on pense qu’il y a eu des sacrifices humains. Le site a été volontairement, délibérément et mystérieusement enterré sous des tonnes et des tonnes de terre et de sable vers − 8 000 av. J. C.

Beaucoup d’animaux géant vivant depuis fort longtemps et ceci jusque proche de 10 000 ans avant le présent. Comme :

mammouth de Sibérie le mammouth dernière attestation de l’espèce vers 1 700 ans av. J. C. au nord de la Sibérie. Certains mâles auraient atteint le poids de 12 tonnes avec 5 mètres au garrot. Ils possédaient trois couches, pour les protéger contre le froid : une couche de graisse de 8 cm, une peau de 2 cm d’épaisseur et trois types de poils, dont les derniers, ceux qui recevaient les chocs thermiques, pouvaient atteindre un mètre de longueur.

L'idée n'est pas nouvelle,

Mais voilà qu'un accord a été signé entre des équipes de recherche russes et sud-coréennes dans le but de cloner un mammouth.

Animaux clonés à ce jour :
décoration    1963 Une carpe;
décoration    1996 Une brebis "Dolly";
décoration    1997 Des singes rhésus et une souris;
décoration    1998 Une vache;
décoration    2000 Des cochons;
décoration    2001 Un boeuf gayal et un chat;
décoration    2002 Des lapins et une souris;
décoration    2003 Des mules, une jument et un rat;
décoration    2004 Une mouche;
décoration    2005 Un chien et un cheval;
décoration    2007 Des loups;
décoration    2011 Des coyotes;

rhinocéros-laineux

le rhinocéros laineux qui c’est éteint en Sibérie occidentale vers 8 000 ans av. J. C. mesurait de 1,6 à 2 mètres de hauteur au garrot et jusqu’à 3,5 mètres de long, pour un poids de 2 à 3 tonnes. Sa tête mesurait près du mètre. Elle était dotée de deux cornes, la plus grande mesurant près de 1,30 m.

Lion des cavernes

le lion des cavernes les plus gros mâles pouvant mesurer jusqu’à 3,5 mètres de long (soit environ 25 % de plus que les lions actuels). ils pesaient entre 250 et 320 kg. Il peuple toute l’Eurasie entre 300 000 et 10 000 ans avant le présent.

ours des cavernes

l ’ours des cavernes disparaît comme les autres représentants de la mégafaune du Quaternaire vers 10 000 ans avant le présent. Certains mâles peuvent atteindre les 3,5 mètres de haut et leurs poids variait de 400 à 600 kg. Soit près de trois fois le poids moyen d’un ours brun.

bison des steppes

Le bison des steppes a disparu de l’Asie du Sud il y environ 10 000 ans, plus haut, plus lourd et plus massif que les bisons actuels. Il possèdait des cornes dont l’envergure peut atteindre 1,5 mètre.

smilodon où 'lion dents en couteaux'

Le smilodon a disparu de l’Amérique il y environ 10 000 ans avant le présent. Son nom signifie " dents en couteaux " du fait de ses canines gigantesques pouvant atteindre les 25 cm. Avec un poids proche des 300 kg, une taille de 2 à 3 mètres et une gueule pouvant s’ouvrir à 90 degré, il est un redoutable prédateur.



Première peinture murale

Dja’de (Syrie), située sur la rive gauche de l’Euphrate, cette fouille est d’autant plus importante qu’il s’agit du seul site actuellement connu dans tout le Levant nord présentant la totalité de la séquence cruciale qui couvre tout le 9e millénaire avant notre ère. présentent un intérêt majeur car ils sont au coeur du long processus de passage d’une économie de chasseurs-cueilleurs, de prédateurs, à une économie d’agriculteurs-éleveurs. La découverte de peintures murales vieilles de 11 000 ans, (décor peint sur un mur construit de main d’Homme) les plus anciennes connues au monde renforce l’intérêt que présente ce site.
informations venant du site

fresques donnant les détails sur les femmes

Que penser vers − 9 000 ans av. J. C. le Sahara n’était pas un désert mais une terre fertile jouissant d’un climat tempéré, aux grandes rivières pleines de poissons et aux collines herbeuses foisonnant de gibier. ( cliquer sur la photo pour l’agrandir ). L’explorateur et ethnologue français Henri Lhote l’a démontré à travers les fresques préhistoriques découvertes en 1956 sur le plateau du Tassili n’Ajjer, à 1400 kilomètres au sud d’Alger. Après seize mois de travaux, Henri Lhote et son équipe ramenèrent 800 copies de ces fresques, apportant du même coup un passionnant portrait d’un Sahara verdoyant, avec des lièvres bondissants et un historique des premières civilisations africaines. Pour preuve une fresque datant d'environ 3 000 ans av. J.-C.. La finesse des traits de ces femmes, le côté "moderne" et élégant des habits et des coupes de cheveux a vraiment quelque chose d’étonnant. pour l’époque et aux regards des gaulois et Ötzi il y a de 3 à 1 000 ans av. J.C.


         Si le sujet vous intéresse vraiment, vous pouvez vous renseigner sur " l’archéologie interdite " (ces faits archéologiques que les scientifiques ne veulent pas voir, parce-qu’ils remettent en cause leurs théories ainsi que le dogme de l’Évolution de Darwin, qui est en grande partie erroné). Ne vous fiez pas à l’archéologie officielle, elle est erronée. L’exemple le plus fragrant est la date de la Grande Pyramide de Kheops estimée selon les scientifiques à − 3 500 ans alors celle-ci a plus de 6 000 ans... Quand au Sphinx, comble de l’ironnie, il est impossible de déterminer son age, c’est dire... (en réalité, il a environ 11 000 ans). Ca pose un problème... La vis d’Archimède ( né à Syracuse en 287 av. J.-C. et mort à Syracuse en 212 av. J.-C., est un grand scientifique Grec ) existait probablement depuis longtemps.
ref. : http://serge.mehl.free.fr/chrono/Archimede.html#vis         http://www.ldi5.com/archeo/of.php#3
         http://secretebase.free.fr/civilisations/technologies/technologies.htm

L’existence d’une riche civilisation australe permettrait d’expliquer l’origine de monuments disséminés dans le monde entier et construit à l’aide de techniques si avancées sur leurs temps qu’elles défient toute explication rationnelle. C’est notamment le cas des temples d’Amériques latine, attribués aux civilisations aztèque, olmèque, toltèque ou maya, mais dont l’édification a exigé des moyens et une science sans rapport avec ceux de leur époque.

L’origine de la sédentarisation de la civilisation européenne:
Epis de l&rsquoépeautre L’épeautre appelé aussi « blé des Gaulois » est une céréale, plante de la famille des poacées, proche du blé mais vêtu (le grain reste couvert de sa balle lors de la récolte) Grâce à ses racines profondes, elle peut pousser sur des terrains très pauvres, peu fertilisés et très secs.

Les premières mentions de cette céréale se retrouvent dans la Bible. L’épeautre est considéré par certains auteurs comme une sous-espèce du blé tendre. Cette céréale pousse naturellement depuis des millénaires à proximité des berges du Tigre et l’Euphrate, a permis, il y a 9 000 ans à l’homme d’alors de se sédentariser en remplaçant le besoin de s’alimenter au jour le jour par la possibilité de stocker des céréales, donc des aliments, sur une année.
Comme les ruines de la culture Hemudu en Chine (civilisation de Qingliangang), de la première époque a une histoire de plus de 6 900 ans à ce jour, on a découvert de nombreux dépôts de graines de riz, l’épaisseur moyenne est au-dessus de 20cm, et le plus épais est de 80cm. Certains céréales de riz, cosses de riz, feuilles de paille, graines de riz ont été bien conservés, et lors de la mise en jour, on peut voir les nervues de feuille, les poils sur les cosses de riz, la couleur de l’état innitial, sur les épis restants. Cela prouve que le bassin aval du fleuve Changjiang est une des régions qui cultivaient le riz depuis les temps les plus anciens au monde.

La bière depuis l’antiquité

Les premières cultures de céréales, notamment de l’orge et de l’épeautre (une variété de blé), voir plus haut, ont été attestées en 8 000 av. J. C. en Mésopotamie. En Chine on explique la découverte de la bière par la légende du bol de riz abandonné par le paysan chinois qui le consommant quelques jours plus tard lui a trouvé un goût fort sympathique. La même aventure avec l’épeautre où l’orge peut être avoir le même destin en occident et la découverte de la bière, comme une succession de hasards liés à la nature, et au sens de l’observation de l’homme. Une récolte de grains trempe dans l’eau d’une averse, le grain commence à germer. Pour le sauver, l’homme le sèche au soleil. Après broyage, l’habituelle soupe a un goût délicieusement sucré, la soupe conservée pour les jours suivants a encore un goût meilleur euphorisant.

Les premières traces de fabrication brassicole (grands contenants servant à fabriquer et à conserver une boisson proche de la bière retrouvée à Jéricho) Tous les ingrédients étant disponibles à partir de cette époque là, la bière où  sikaru  cliquer pour signification pouvait donc exister et l’on estime son invention / découverte à 6 000 av. J. C.
Cette dernière était obtenue en faisant macérer du pain d’orge dans de l’eau. la fabrication de la bière on la fabriquait par cuisson de galettes à base d’peautre puis au Moyen Âge, avec de l’orge que l’on mettait à tremper dans de l’eau, afin de déclencher la fermentation nécessaire à la production d’alcool, et que l’on assaisonnait avec de la cannelle, du miel ou toutes autres épices en fonction des préférences des clients. La bière, connue des peuples de Chaldée (maintenant Irak, Koweït) et d’Assyrie (Syrie, Liban, Israël), devenue monnaie d’échange, commença sa dissémination. Tablette d'argile donnant la composition de la bière Les Sumériens avaient déjà développé une dizaine de type de bière. Les Babyloniens diversifient encore la gamme avec au moins 34 bières différentes recensées.
Un peu plus tard, chez les Egyptiens, existaient déjà de véritables brasseries d’Etat, la bière relevant d’un monopole. Fabrication de bière en Egypte à partir de galettes de malt, de miel, de sirop de dattes. 1800 ans av JC Ces « vins d’orge » servaient d’offrande aux Dieux. Le pharaon Ramsès II, surnommé le «pharaon brasseur» proclama des règles très strictes concernant ce breuvage.
La bière arrive en Europe vers 5 000 à 4 800 ans av. J. C. suivant deux courants: le courant danubien (Europe de l’est) et le courant méditerranéen (sud de la France). Contrairement à ce que l’on croit, la bière a été fabriquée et consommée très tôt en Grèce et à Rome, avant d’être il est vrai partiellement remplacée par le vin. En effet, si les Romains étaient également plus portés sur le vin, cela ne les empêcha pas d’apprécier la bière, notamment dans les régions du nord, plus propice à la culture de l’orge qu’à celle de la vigne. On a ainsi retrouvé, dans une villa gallo-romaine, les vestiges d’une brasserie du 3e, 4e siècle. Chez nos ancêtres, les Gaulois, la  cervoise  cliquer pour signification est fabriquée en famille, par les femmes. Ce sont eux qui remplacèrent les récipients en poterie par des tonneaux en bois dont ils furent les inventeurs. Ils appelaient le malt: «brace», mot à l’origine des mots : brassin, brasseur,… Après la chute de l’Empire romain, l’Eglise prend le contrôle des terres. Les moines s’intéressent à cette boisson et des brasseries semblent exister dans toutes les abbayes. Le brassage existe également dans les auberges, les châteaux et dans les foyers.

Des traces des plus vieux fromages il y a 7 000 ans

En effet les hommes du Néolithique fabriquaient déjà du fromage. Des traces de lait caillé ont été découvertes sur des poteries, attestant de la fabrication de fromage à cette époque
L'archéologie a mis en évidence, sur un site néolithique polonais, des traces qui attestent de la fabrication de fromage dès le 6e millénaire avant J.-C.
C’est en analysant des fragments de poterie vieux de plus de 7 000 ans que des chercheurs de l’Université de Bristol (Royaume-Uni) ont fait l'étonnante découverte. En effet, ils ont réussi à déterminer l’usage que les hommes du Néolithique avaient fait des récipients dont ces morceaux proviennent : ils s'en servaient comme de véritables faisselles, pour la fabrication de fromage !
Grâce à des analyses isotopiques, ils ont mis en évidence sur ces poteries des traces de lait caillé.
informations venant du site

mise a jour  : 10 juillet 2014

Plus vieux fromage du monde .

Le plus vieux fromage du monde a récemment été identifié sur le cou et la poitrine de momies retrouvées en parfait état de conservation sous le sable d’un désert de Chine.
Les amas de matière organique, datés à 1615 avant notre ère, soit 3600 ans. sur le site abritant les tombes de Xiaohe, dans le Taklamakan, un désert inhospitalier situé au nord-ouest de la Chine. Des momies en excellent état.
Ce cimetière a été construit sur une grande dune naturelle. Il a abrité au cours du temps des centaines de mystérieuses momies datant de l’âge de bronze, enterrées dans des cercueils en bois massif en forme de chaloupe retourné, enveloppés dans des peaux de vaches. C’est certainement ces structures qui ont permis aux dépouilles d’être si bien conservés à l’abri de l’air de l’eau, et du sable. Les corps ont passé leur temps dans un environnement proche du "sous-vide", ce qui les a préservés de la décomposition. Cheveux et peau sont restés presque intactes, tout comme les tissus de laine, les graines, les paniers tissés et la substance laitière glissée de part et d’autre du torse des défunts. L’analyse des protéines a permis de déterminer qu’il ne s’agissait ni de beurre, ni de lait. Une nourriture pour l’au-delà ?
Il s’agit d’un fromage fabriqué à l’aide d’une méthode similaire à la fermentation du kéfir. Cette technique est encore utilisée aujourd’hui pour obtenir certains produits laitiers. Elle consiste à mettre dans du lait, des amalgames de micro-organismes connus sous le nom de grains de kéfir. Après fermentation, on obtient une sorte de pâte, du "fromage blanc de kéfir", que l’on peut utiliser comme du fromage frais.

informations venant du site http://http://www.cfaitmaison.com/kefir_lait/cuisine.html

 

L’histoire de la vigne

faussile de feuille de vigne

L’histoire du vin est si ancienne qu’elle se confond avec l’histoire de l’homme. Des fouilles ont mis au jour des restes fossilisés d’une vigne de l’âge terciaire ( 50 millions d’années ). Un récit babylonien vieux de 4 000 ans parle déjà du vin, dans la plus vieille oeuvre littéraire connue. vitis sauvage La vigne sauvage est une liane qui poussait sur les arbres  ripisylves,  cliquer pour signification Elle est apparue avant l’humanité, et elle est encore représentée en Europe par la Vigne des bois ou Vigne sauvage [ Vitis vinifera subsp. sylvestris ]
6 000 av. J. C. apparition de la vigne dans le Caucase et en Mésopotamie.

La plus ancienne unité de production de vin connue vieille de 6 100 ans mise a jour, elle se situe en Arménie, dans la province de Vayotz Dzor, dans une grotte appelée Areni-1, non loin d’un village réputé encore aujourd’hui pour sa production viticole.
Ils ont découvert sur le site une cuve d’un mètre de profondeur qui pourrait avoir servi à presser le raisin. Des grains de raisin ont également été retrouvés, du même type que celui cultivé aujourd’hui dans la région (Vitis vinifera vinifera). Jusqu’à présent, la plus ancienne installation de ce type était celle qui se trouve en Egypte (dans la tombe du roi Scorpion I), vieille de 5 100 ans environ.
Aussi dans l’actuelle Géorgie. on a trouvé des vestiges de vigne et de vin antérieurs à 5 000 à 5 600 ans av. J. C. La légende biblique fait planter la vigne par le patriarche Noé à la fin du Déluge.
informations venant du site


Grappe de figues

Comme la figue est à l’heure actuelle le plus ancien fruit domestiqué, la découverte dans la vallée du Jourdain de neuf figues ( parthénocarpiques ), c’est-à-dire ne produisant pas de graines et dont la culture nécessitait l’intervention de l’homme, en recourant à des boutures. Ces figues seraient vieilles de 11 400 ans.

Les premiers bateaux ont été construits au Néolithique, à partir de troncs d’arbres évidés à l’aide d’outils en pierre, il y a environ 10 000 ans. Ces premiers bateaux ont une fonction simple, qui est de pouvoir se déplacer sur l’eau, essentiellement pour la chasse et la pêche.
On a par exemple retrouvé à Noyen-sur-Seine une pirogue monoxyle, fabriquée dans un tronc de pin sylvestre et conservée sur une longueur de plus de 4 mètres, datée du mésolithique ( -7 000 av. J. C. ), et actuellement visible au musée de Nemours.

Deux autres pirogues , disposées côte-à-côte et en excellent état, ont également été découvertes en amont de Paris, à Nandy, et sont datées de 7 245 / 6 710 ans av. J. C. pour la plus ancienne et 7 040 / 6 620 av. J. C. pour l’ autre, ce qui en ferait a priori les plus vieux bateaux découverts sur le plan mondial.

La réalisation de récipients en terre cuite apparaît au Proche-Orient vers 8 000 av. J. C., bien après l’utilisation du plâtre ou de la chaux.
Le développement de cette technique permet aux hommes de multiples utilisations : stockage des grains, cuisson des aliments liquides, vaisselles, etc. Mais supportant mal le transport.

Les plus anciens fragments de tissu ont été retrouvés en Anatolie et datent de 7 000 ans av. J. C. Les fibres végétales comme le lin, vraisemblablement originaire de la Mésopotamie, seront d’abord utilisées par l’homme. Mais avec le développement de la domestication, la laine des moutons et des chèvres sera également préparée pour être tissée. informations venant du site

Des archéologues arméniens ont annoncé avoir trouvé, lors de fouilles effectuées dans des grottes situées dans la province de Vayotz Dzor, dans le Sud de l’Arménie, les restes d’une robe confectionnée il y a 5 900 ans. Datée par l’Université de Californie, les restes de la robe viennent d’être rendus à l’Arménie.
Cette robe de femme multicolore serait pour le directeur de l’Académie arménienne des sciences, le « seul exemplaire de vêtement fabriqué à partir d’une matière aussi ancienne.
informations venant du site

Un mocassin en cuir parfaitement préservé vieux de 5 500 ans, ce qui en fait la plus vieille chaussure connue au monde. La plus vielle chaussure du monde Ce mocassin a été fait d’un seul morceau de cuir et a été travaillé pour épouser la forme du pied de celui ou celle qui la portait. La chaussure était remplie d’herbe séchée mais les chercheurs ne peuvent pas dire avec certitude si cela visait à garder le pied au chaud ou la forme du mocassin. D’une pointure 37, on ne sait pas non plus si ce mocassin appartenait à un homme ou à une femme. " Bien que cette chaussure soit de petite taille, selon le système de mesure européen, elle aurait pu aussi être portée par un des hommes de cette époque, qui étaient plus petits qu’aujourd’hui. " Il a été découvert dans la caverne de Karain en Arménie, qui se situe dans la province arménienne de Vayotz Dzor, une région frontalière avec l’Iran et la Turquie. Le fait que l’environnement à l’intérieur de la caverne soit sec, frais et constant a créé des conditions de préservation exceptionnelles.
informations venant du site

En Turquie une équipe d’archéologues a découvert récemment un sceau vieux d’environ 8 000 ans lors de fouilles archéologiques à Yesilova Tumulus, une des anciennes cités de l’ouest de la Turquie. Le sceau, qui porte la date de 6 200 ans av. J.C., est un des plus anciens jamais trouvés dans la région de l’Anatolie.
Il est évident que ce sceau appartenait à un administrateur, ce qui prouve que les cités organisées sont apparues il y a plus de 8 500 ans dans la province d’Izmir, a indiqué le professeur Zafer Derin du département de l’archéologie de "Ege University".
informations venant du site

Dans l’Antiquité, on ornait de quelques feuilles de laurier en argent le casque de guerre de parade d’un légionnaires romain avec un adhésif dont les propriétés sont celles de la superglu.
Casque de Centurion Franck Willer, du musée historique du Rhineland de Bonn a déclaré avoir trouvé des restes de colle sur un casque de légionnaire en fer exhumé près de la ville de Xanten. L’objet a reposé dans ce qui a été pendant au moins 1 500 ans le lit du Rhin.
Des analyses montrent que la colle romaine était faite de bitume, de suif de boeuf et de poix. Mais les chercheurs ont déclaré qu’ils ont échoués jusqu’à présent dans leur tentative de recréer l’adhésif, mais que de la sciure, de la suie ou du sable pourrait être nécessaire pour compléter la recette.

Un plombage vieux de 6500 ans

En effet une mandibule humaine vieille de 6 500 ans, découverte en Slovénie possède une dent recouverte de ce qui semble bien être un plombage.
plombage d'une dent L'archéologue Federico Bernardini, a établi qu'une canine fissurée avait été traitée avec de la cire d'abeille.
Il ne peut cependant établir si la substance a été mise en place avant ou après la mort de l'individu mourant. Il s'agit tout de même, selon lui, du plus ancien précurseur connu des obturations dentaires modernes.
Si le remplissage a été réalisé lorsque la personne était toujours vivante, l'intervention aurait probablement eu pour objectif de soulager la douleur due à la sensibilité des dents lors de la mastication. Cette découverte serait donc le premier exemple connu de traitement dentaire palliatif.
informations venant du site

Dans la région d’Arica au nord du Chili, furent découverte les plus vieilles momies connues à ce jour de la culture indigène chinchorro.
Âgées d’environ 5 000 ans av. J. C.. La technique de momification était bien différente de celle des Égyptiens : les corps étaient démembrés, les organes et les os extirpés et la peau était séchée. On remplaçait ensuite les os par des joncs et on les recouvrait de boue, les entrailles étaient, elles, remplacées par des peaux d’oiseaux marins.

Tous les individus de la culture chinchorro, adultes, enfants et même foetus, pouvaient bénéficier de la momification, contrairement aux Égyptiens qui ne la réservaient qu’à l’élite.
informations venant du site

Une momie chinoise fut découverte à Mawangdui à 300 km au nord de Jingzhou, présentant des caractéristiques de conservation elles aussi exceptionnelles, son sang a pu être analysé (groupe AB). Le personnage ainsi embaumé se nommait Su-Hi et était magistrat, mort en -167.

Cette femme appartenait à l’aristocratie : elle était l’épouse du marquis de Daï, morte vers -160. Son poids, 75 kg, comme le mobilier retrouvé dans le tombeau, indiquent qu’elle était bonne vivante, voire gourmande. Elle était enterrée dans un caveau de 6 m x 6 m, avec un millier d’objets, dont les deux-tiers devaient servir à banqueter dans la vie éternelle. Il y avait notamment des paniers contenant toutes sortes de victuailles : fruits confits, viandes, oeufs de moineaux, cygne, etc. Le service de table le plus complet trouvé dans une tombe fut également retrouvé.
Les corps des momies étaient protégés par un drap de soie très serré. Sur la momie de Sing-Jui, il lui faisait vingt fois le tour du corps. Ce drap, privant le corps d’oxygène, a ainsi pu inhiber le développement des bactéries. Les corps étaient ensuite placés dans plusieurs cercueils gigognes laqués : trois pour le magistrat de Mawangdui, quatre pour celui de Sing-Jui. Les chambres mortuaires étaient ensuite entourées de charbon (cinq tonnes pour le tombeau de Sing-Jui). Enfin, une étanchéité presque parfaite était assurée par une couche d’ argile, d’un mètre d’épaisseur. Les quinze mètres de terre recouvrant le tombeau de Sing Jui permettent de lui conserver une température froide et constante.
informations venant du site Momie chinoise

Mais le mieux conservé de ces corps est sans conteste celui de Sing-Jui, découvert en 1972 près de la ville de Changsha dans le Hunan et autopsié par Peng Long-Xiang. Le corps a été conservé pendant 2 150 ans. Son corps, mesurant 1,5 mètres de haut, a été découvert immergé dans un liquide brun dans un cercueil, accompagné d’os, de céramiques, d’écrits anciens et de reliques. Les vêtements, un costume traditionnel de la Dynastie des Ming (dynastie régnante en Chine entre le XIVe et XVIIe siècle), ont été conservés dans leur état d’origine, à peine détériorés. L’état de conservation était exceptionnel :
  * comme d’autres momies chinoises, les membres étaient restés souples ;
  * tous les viscères étaient restés en place, parfaitement conservés ;
  * le cerveau lui-même était parfaitement intact, ayant simplement diminué de volume.
informations venant du site

Pratiques funéraires de l'ethnie Bo en Chine.

L’ethnie Bo du Sud-Ouest de la Chine. Le Bo étaient une minorité ethnique vivante à l'extérieur des frontières de l'ère moderne du Sichuan et du Yunnan. Là ils ont créé une culture brillante dès il y a 3 000 ans. Cette ethnie vivait dans la région des Trois-Gorges, du sud-est de la région de Sichuan, sud-est de Hubei et nord-ouest du Hunan. Cette ethnie a été anéantie est détruite par la dynastie Ming (1 368-1 644) et a totalement disparus. Chaque cercueil est fabriqué à partir d'un tronc d'arbre creusé et certain ont été protégés par un couvercle de bronze.
cercueils Bo Ces cercueils sont parfois déposés sur un piton rocheux, entre 40m et 100m de hauteur, fiché où accrochés à des montants de bois plantés à même la paroi. On pense que de suspendre les cercueils, empêchés les animaux de les manger et aussi de bénir l'âme pour l'éternité étant plus proche de Dieu. Certains de ces cercueils datent de plus de 3 750 ans.
cercueils Bo La méthode de remonter ces cercueils suspendus reste une énigme de nos jours.
Cette pratique funéraire des cercueils suspendus se retrouve également en Indonésie, aux Philippines et d’autres régions en Asie du Sud-Est, grâce aux descendant du peuple Bo. Il existe plusieurs nécropoles Bo dans cette partie de la Chine, Luobiao regroupe le plus grand nombre de cercueils suspendus. Le site comptait plus de 300 cercueils, mais la pluie a provoqué la chute d’un tiers d’entre eux.

informations venant du site
Rp-asia.com ne cautionne pas nécessairement les vues ou l'exactitude de leur contenu.

Autre curiosité macabre.

Dans la vallée d'Udine en Italie,coule la rivière Tagliamento ou se situe une petite ville "Urnania" proche de la mer Adriatique.
cercueils Bo Qui a la particularité d'avoir une moisissure (champignon) tout à fait unique qui empêche la putréfaction des corps, absorbe l'humidité et séche les corps en un état de conservation quasi parfait. Certains d'entre eux avaient même encore leurs cheveux et leurs organes internes. cercueils Bo Ainsi, lorsque, en 1 804, pour des raisons sanitaires, la ville a décidé de démanteler les cimetières situés dans la ville, quelle n'a pas été la surprise des ouvriers de découvrir des corps momifiés.
Ils sont exposé à l'Église des Morts d'Urbania, la particularité est constituée par 18 momies naturelles datant du Moyen Âge et de la Renaissance exposées derrière l'autel.
Parfois ils font une promenade dehors ( photographies Jack Birns , 1950 )

Découverte début 2010 de traces de civilisation restées enfouies sous terre depuis 6 000 ans. Il s’agirait de l’un des plus grands sites archéologiques de la culture Ubaid d’al-Obeid " en arabe " à l’ouest de la ville voisine d’Ur dans le sud de l’Irak qui a donné son nom à la préhistoire Néolithique céramique au chalcolithique de la culture, qui représente les débuts du peuplement de la plaine alluviale de la Mésopotamie méridionale. Du nord, datant de 5 300 à 4 000 av. J. C. Et le début de la culture de céréales, dans des conditions extrêmes de sécheresse, avec le développement de réseaux de canaux d’irrigation et de vastes et importantes colonies d’agriculteurs. L’effort collectif nécessaire à la coordination centralisée de ce travail se propagent rapidement ailleurs.
C’est sur le site archéologique de Tell Zeidan, à 5 km de la ville de Raqqa dans l’actuelle Syrie du nord, que l’ ont a trouvé plusieurs objets appartenant à l’une des plus ancienne civilisation urbaine du Moyen-Orient datant d’avant l’ invention de la roue. cette société pratiquait déjà le commerce ou encore qu’elle était spécialisée dans la production de poteries et la métallurgie, notamment le traitement du cuivre. . la culture d’Obeid est caractérisée par des colonies grand village, caractérisée par plusieurs pièces des maisons de brique-boue rectangulaire et l’apparition des premiers temples d’architecture publique en Mésopotamie, avec une croissance de une hiérarchie à deux niveaux de règlement centralisé de grands sites de plus de 10 hectares entouré de villages plus petits de moins de 1 hectare. Cette zone s’étalant sur environ 624 mètres se situait au carrefour des routes commerciales importantes de l’époque mésopotamienne.
préhistoire de la céramique Le site a également révélé l’existence d’une élite sociale qui utilisait des sceaux de pierre pour marquer les marchandises et autres articles prestigieux, tel que l’équipement domestique avec des poteries de couleur verdâtre, orné de dessins géométriques en brun ou en noir de la peinture, des outils tels que les " faucilles. " Il y avait aussi des tribus qui pratiquent la domestication des animaux aussi loin au nord que la Turquie, et aussi loin au sud que les monts Zagros.

La domestication du cheval

les chevaux ont été domestiqués dans la péninsule arabique pour la première fois il y a plus de 9.000 ans, alors que les études précédentes estimaient que la domestication des chevaux en Asie centrale remontait à 5 000 ans. dans les steppes de l’ Ukraine, de la Russie et du Kazakhstan. Les cheveux domestiques se sont ensuite répandus en Europe et en Asie, s’accouplant au passage avec d’autres, toujours sauvages. cheval Cette réalité expliquerait la théorie selon laquelle la domestication se serait produite à plusieurs endroits à différents moments. En fait, il semble que les troupeaux sauvages étaient utilisés pour l’accouplement des chevaux domestiques probablement parce qu’ils ne se reproduisaient pas facilement en captivité. On estiment que les bêtes étaient alors utilisées comme sources de lait et de viande et pour courir.
Les restes de cette civilisation ont été retrouvés près d’Abha, dans la province du Aassir qui faisait partie de l’Arabie heureuse dans l’Antiquité. Cette civilisation, à laquelle a été donnée le nom d’al-Maqar. Parmi les vestiges retrouvés figurent des statues d’animaux: de chèvres, de chiens, de faucons, mais aussi un buste de cheval d’un mètre environ, "aucune statue d’animal d’une telle dimension remontant à cette époque n’avait jamais été trouvée dans le monde".

mise a jour  : 16 juin 2014

Perle fine et nacre.

La plus ancienne perle fine de l’histoire de l’humanité, vieille d’environ 5 500 ans, a été découverte sur un site néolithique des Émirats arabes unis Perle sur le site de l’habitat côtier d’Umm al-Quwain 2.
« Il s’agit donc de la plus ancienne perle fine archéologique connue actuellement en Arabie, mais aussi au monde » car L’idée que la plus vieille perle fine (datée de 3 000 ans avant notre ère) provenait d’un site préhistorique japonais est fausse, au vu de la nouvelle découverte, attestant que les perles fines étaient déjà collectées 2 500 ans plus tôt dans cette aire géographique, pour leur valeur esthétique, voire à des fins rituelles. Ces résultats et de précédentes découvertes de perles fines sur le littoral de l’Arabie du sud-est attestent donc que la plus ancienne pratique de pêche perlière s’est déroulée dans cette région du monde.
« Les perles fines occupaient une place particulière dans les rites funéraires. Ainsi, la perle retrouvée, non percée, était déposée dans la sépulture d’un individu dans la nécropole d’Umm al Quwain 2. Dans d’autres nécropoles, les perles étaient placées sur le visage du défunt, notamment au-dessus de sa lèvre supérieure.
La totalité des perles néolithiques retrouvées sur le littoral en Arabie, (101 au total) est issue de la grande huître perlière Pinctada margaritifera et de la Pinctada radiata, la dernière étant beaucoup plus petite, plus facile à collecter et offrant des perles de plus grande qualité.
hameçons Quant au nacre des huîtres, elle constituait de son côté une ressource capitale dans l’économie des sociétés néolithiques locales, « puisque c’est à partir des grandes valves de Pinctada margaritifera qu’étaient produits les hameçons, destinés à capturer toute une gamme de poissons, jusqu’aux plus grands (thons ou requins) ». la fabrication d’hameçons taillés dans un coquillage qui dateraient de 16 000 à 23 000 ans,
informations venant du site     radio-canada.ca  &  20minutes.fr

 

Sumer était une civilisation urbaine dite sumérienne et une région historique située dans le sud de l’Irak, la Mésopotamie. Elle a duré de la première colonie de Eridu dans la Période d’Obeïd fin du 6e millénaire av. J. C. en passant de la période d’Uruk 4 000 av. J. C. et les périodes dynastique 3 000 av. J. C. jusqu’à la montée de Babylone au début du 2e millénaire av. J. C.. Le terme "Sumerien" s’applique à tous les locuteurs de la langue sumérienne. Elle constitue la première civilisation véritablement urbaine et marque la fin de la préhistoire au Moyen-Orient.
Les Akkadiens successeurs des Sumériens (peuple sémitique, ancêtre des Hébreux et des Arabes), est une langue sémitique qui fut parlée du 4e au 1er millénaire av. J. C.. possédaient une culture exceptionnellement avancée, on leur doit notamment : 4 milles ans av. J. C.

décoration    La fondation des premières cités-États (Ur, Lagash, Uruk, umma, etc.) ;
décoration    Le premier système politique a deux assemblées ;
décoration    Le travail du cuivre ;
décoration    L’utilisation de la brique dans la construction d’habitations ;
décoration    La poterie et le développement de la roue à des fins de transport.
décoration    La première architecture religieuse connue (temples puis ziggourats) ;
décoration    Le développement de la statuaire ;
décoration    La glyptique (art de graver sur des pierres fines) ;
décoration    Le premier système scolaire ;
décoration    Les premières formes d’esclavage ;
décoration    Le commerce et la notion d’argent.
décoration    L’écriture, à la base des chiffres, après pictographique, puis cunéiforme ; les mathématiques et l’écriture des nombres
     en système sexagésimal : mathématique qui permit de diviser le temps et l’espace en degrés ce qui allait, plus tard, aboutir
     à nos heures, nos minutes et nos unités de mesure linéaire numération sumérienne ;

La religion sumérienne a influencé l’ensemble de la Mésopotamie pendant près de 3 000 ans,
( cliquer sur la photo pour l’agrandir ).
Contrat archaïque sumérien concernant la vente d'un champ et d'une maison. Shuruppak, v. 2600 av. J.-C., inscription pré-cunéiforme. elle est une composante très importante de la vie, privée comme publique, des Sumériens et donne naissance à des représentations artistiques comme à des oeuvres littéraires. Dans la conception sumérienne, le souverain n’est que le dépositaire de la divinité : sa fonction est sacerdotale aussi bien que politique.
Figurine de Gilgamesh Gilgamesh roi de la cité d’Uruk où il aurait régné vers 2 700 av. J. C., le mythe du déluge, dans l’épopée de Gilgamesh, pourrait résulter du lointain souvenir d’un cataclysme qui s’est produit il y a 7 500 ans, quand la Méditerranée s’est déversée par le détroit des Dardanelles dans un lac qui est aujourd’hui la mer Noire, avec un niveau de 100 mètres plus élevé qu’ auparavant.
- Lorsque le déluge arriva, lui expliqua Utanapishtim, ma femme et moi nous nous trouvions dans notre barque de roseau sur la rivière. Six jours et six nuits les vents soufflèrent, et la tempête submergea le monde. Le septième jour, Et le dieu de donner ce conseil à Utanapishtim : "Démolis ta maison pour te faire un bateau ! Renonce à tes richesses pour sauver ta vie ! Détourne-toi de tes biens pour te garder sain et sauf ! Mais embarque avec toi des spécimens de tous les animaux (...).
Six jours et sept nuits durant, bourrasques, pluies battantes, ouragans et déluge continuèrent de saccager la terre". Utanapishtim lâche une colombe afin de repérer une terre émergée et finit par accoster sur une montagne.
Une des douze tablettes sur épopée de Gilgamesh Les descendants de Noé, seul survivant avec les siens, s’égarent à leur tour, sauf l’un d’eux, Abraham, qui redécouvre Dieu et, vivant en accord avec cela, sera un modèle de charité. Dieu établit une Alliance avec lui, dont la circoncision sera la trace dans la descendance, qui sera nombreuse comme les étoiles. Son fils Isaac sera un modèle de rigueur, le fils de celui-ci, Jacob, un modèle de miséricorde. Malgré leurs faiblesses et défaillances humaines, ils parviennent à se sublimer et à vivre dans la vertu, ainsi que leurs descendants, ce qui mène l’un d’eux, Joseph, du statut d’esclave à celui de ministre du Pharaon.

Les similitudes de la tablette avec le texte biblique sont frappantes. Il y est question d’un homme, Utanapishtim : il est informé par le dieu de la Sagesse que l’assemblée des divinités a décidé de détruire l’humanité... De plus on a même retrouvé des fragments de traduction de l’oeuvre en hourrite et en hittite !   Lorsque ceux-ci apparaissent en Asie Mineure, au XXVIe siècle av. J. C.
Les bases des religions judaïsmes .... ont pris racines dans les récits épiques rédigés en sumérien vers la fin du IIIe millénaire racontent les exploits de Gilgamesh , ainsi l’enfer qui est notifié dans plusieurs religions, est un lieu de tourments situé dans l’Au-delà.
Les récits bibliques des 11 premiers chapitres de la Genèse sont inspirés des mythes et légendes sumériennes pas rédigé en hébreu, mais en akkadien découvert à Ninive et plus vieux de mille ans que la Bible. la Bible est un patrimoine du peuple hébreu et on emploie plutôt le terme de Bible hébraïque. La Bible, elle-même écrite par étapes depuis moïse vers 1 500 av. J. C.. Jusqu’a la fin du premier siècle de l’ère chrétienne.

Les premiers écrits servaient surtout de livres de comptabilité ou d’ inventaires. Mais l’homme va rapidement utiliser ce nouveau moyen de communication pour raconter des histoires... et surtout son histoire !

Dizaines de symboles différents, qui composent l\'écriture d\'une culture dite \'vieille-européenne\'

Selon Harald Haarmann, les premiers signes d’écriture sont apparus dans l’actuelle Transylvanie, en Roumanie, dans la civilisation dite du Danube qui couvrait l’actuelle Serbie et une partie de la Roumanie. Ils datent de l’année 5 300 av. J. C.. C’est-à-dire qu’ils sont de deux milles ans et plus antérieurs à la plus ancienne écriture pictographique égyptienne - 3 400 connue et qu’ils précèdent aussi l’écriture de Sumer, la plus ancienne élaborée connue. Ils ont été gravés sur trois tablettes de terre cuite découvertes à Tärtäria en Transylvanie. Elles portaient des symboles picturaux rappelant à la fois les inscriptions des tablettes de Sumer et celles des vestiges de la civilisation minoenne, en Crète.

L ’écriture de Vinca disposait d’un « alphabet » de plus de deux cents caractères, parmi lesquels on en reconnaît qui seront repris par l’écriture mycénienne, le linéaire B, ou par son cousin non déchiffré le linéaire A. Nous avons alors affaire à une écriture complète avec une numérotation assez élaborée et des formes graphiques complexes. Les Balkans étaient donc un berceau de la civilisation, bien avant la Mésopotamie et l’Egypte, qui sont apparus de manière presque simultanée, mais si les hiéroglyphes Egyptiens et les pictogrammes Sumériens sont tous les deux formés de petites images, celles-ci sont totalement propres à leur région.

Les sumériens utilisaient des roseaux taillés en pointe (les calames) pour tracer les signes sur des tablettes d’argile. Cette écriture était constituée de plus de 1500 représentations. Vers 2 700 ans av. J. C. Les formes stylisées vont disparaître, elles vont être remplacées par l’écriture cunéiforme, composée de seulement 600 signes.

inscriptions dans le style calligraphique chinois sur os

On a retrouver des documents Egyptien ou figurent des hiéroglyphes qui ont été datés de 3 000 ans av. J. C. On suppose que l’écriture hiéroglyphique est plus ancienne que cette datation. Inscriptions oraculaires Chine, XIIème s. av. J. C. ( cliquer sur la photo pour l’agrandir ). La Chine a la seule écriture qui est presque restée identique depuis 5 000 ans. Les signes légèrement modifiés sont encore utilisés actuellement. Ils se sont stylisés au fur et à mesure que leur utilisation se répandait, mais plus dans un soucis de rapidité d’écriture. On a dénombré plus de 4 500 graphies sur des documents datant de - 1 100 av. J. C...
informations venant du site informations venant du site

Le plus ancien or du monde travaillé. Le plus ancien or du monde travaillé. Il y a environ 4 600 ans avant notre ère, une mystérieuse civilisation s’installe sur les rives de lacs voisins de la mer Noire tout près de l’actuelle ville de Varna. Cette culture de Varna ( cliquer sur la photo pour l’agrandir ).
connaîtra un développement culturel et technologique sans précédent pour l’époque. Ce sont d’abord d’admirables poteries, des idoles en os et en pierre, et des outils de cuivre qui en révèlent l’existence. Puis, une découverte fortuite, si stupéfiante que son annonce fera le tour du monde. À quelques kilomètres de Varna, se trouve une nécropole (cimetière) contenant les objets d’or les plus anciens jamais découverts à ce jour. Entre 4 600 et 4 200 ans avant notre ère, bien avant la Mésopotamie ou l’Égypte des pyramides, l’orfèvrerie a débuté sur les rives de la mer Noire, dans la Bulgarie actuelle. L’étude des quelque 300 sépultures de la nécropole de Varna I démontre, à l’Âge du cuivre, l’existence d’une société fortement hiérarchisée. Les plus riches tombes renferment des diadèmes et des sceptres en or, des haches et pointes de javelot à fort poids de cuivre, des parures raffinées, des céramiques finement décorées. De très nombreuses parures en coquillages témoignent aussi de l’existence d’échanges avec le Sud, puisque les mollusques en question vivaient alors en Méditerranée.
A ce jour TOUTE notre gamme d’appareil ultra moderne n’y ont rien changé : certaines pièces d’orfèvrerie vieilles de plusieurs millénaires conservent leur mystère. Comment ceux qui les ont façonnées ont-ils pu concentrer sur quelques millimètres carrés des milliers de minuscules granules d’or ? Comment ont-ils étiré des centaines de mètres de fil d’or pour tisser des étoffes métalliques d’une finesse sans pareille ?
informations venant du site

Selon des articles voir les réf., Nous avons la preuve qu’un homme, voilà environ 7 000 ans a subi une amputation et a survécu à l’opération. Il constitue le plus ancien témoignage d’un tel acte chirurgical jamais découvert en France. Et l’un des très rares attestés dans la préhistoire.
Preuve d'une amputation

l ’étude révèle qu’il s’agissait d’un homme adulte assez âgé, affligé d’arthrose et édenté. L’homme est orienté est-ouest, tête à l’est, regardant le sud. Couché sur le flanc gauche en position fléchie, les genoux légèrement surélevés, La partie supérieure de son bras gauche est légèrement éloignée du corps. Son avant-bras gauche manque et rien ne permet d’expliquer cette absence. Elle démontre l’hypothèse d’une amputation et que l’extrémité distale de l’humérus présente une très nette section dont l’origine est traumatique plutôt que malformative, coup de hache, accident..., qui a partiellement arraché l’avant-bras en brisant les os et présente un bord anormalement rectiligne. Des examens radiologiques puis microtomographiques, la reconstitution en 3 dimensions de l’os, ont été entrepris. Les parties encore en place ont alors été sciées intentionnellement, sans doute avec une lame de silex.
Toutes les images révèlent des signes de cicatrisation osseuse. donc que l’amputé a survécu - quelques mois ou quelques années - à l’intervention. Cela, sans trace d’infection. Ce qui signifie que le manieur de bistouri "savait aussi stopper une hémorragie et possédait une bonne pratique de l’asepsie".

Nous sommes au début du néolithique - la datation des ossements au carbone 14 donne une fourchette comprise entre 4 900 et 4 700 ans avant notre ère, à la fin de la culture dite de Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain, juste après la civilisation du Rubané, caractérisée par les motifs à rubans de ses poteries. Les premières communautés agropastorales, cultivant le blé et l’orge, élevant des porcs et des moutons, prennent alors la place des derniers chasseurs-cueilleurs du paléolithique.
Une sépultures individuelles, creusée dans un calcaire très dur, de forme oblongue, elle est de dimensions atypiques : 2,5 mètres de long, 1,6 mètre de large et 1,5 mètre de profondeur, alors que les autres tombes, ajustées à la taille du défunt, ne sont profondes que de 30 cm.

Ötzi, momie témoin et messager de notre passé découvert en septembre 1991 dans un territoire italien de la province du Sud Tyrol. Dans les glaciers de l’Ötzal d’ou son nom Ötzi, à 3210m d’altitude, qui le retenaient prisonnier depuis 5 300 ans.
Michèle Aquaron
L’homme de glace Ötzi, Qui est-il ? Un individu de sexe masculin, porteur d’une barbe, de tatouages, d’une amulette au cou et de poux .. Genre, espèce : Homo, sapiens.
D’abord considéré comme un cadavre relativement récent, lors de sa découverte, le Pr Konrad Spindler (Préhistorien et professeur d’archéologie à l’université d’Innsbruck), à partir de la hache en cuivre, estime l’âge de cet individu, momifié, à environ 5 000 ans. Les autres objets trouvés autour de lui sont caractéristiques du Néolithique,

il était équipé d’un nécessaire à feu composé d’un briquet en silex, d’un morceau d’amadou et d’un fragment de pyrite réduit à l’état de poussière et spécialement cette hache, rarissime, du Chalcolithique. La datation au Carbone 14 permet de préciser la période à laquelle vivait Ötzi, soit entre 3 350 et 3 100 av. J. C. Un homme de 46 ans à la morphologie athlétique, aux yeux bleus, aux cheveux bruns, mesurait 1,60 m, pesait environ 50 kg, 38 de pointure. L’homme de glace après la momification (naturelle, par congélation ), le poids est réduit à 13 kg et la stature à 1, 54 m.
De petits signes de tatouages, très stylisés (croix ou traits) observés sur sa peau, semblent suivre le trajet de certains points d’acupuncture, pratique thérapeutique universelle mentionnée depuis il y a environ 4 000 ans dans l’Ayurveda (médecine indienne), et la culture Chinoise, les deux ayant un système d’écriture contrairement a l’europe.
Nous savons qu’il a ingéré des céréales et du bouquetin lors de son avant-dernier repas, et du cerf au dernier. « L’analyse des pollens confirme dans les mêmes échantillons, la présence de blé et de fougères. Elle révèle aussi des légumineuses, des plantes de la famille des épinards, des primevères et des boutons-d’or »
Lire les très complets articles venant de ce site


En Chine dans la province de Sichuan région au Sud-Ouest du pays, dans le village de Sanxing, littéralement le « village trois étroiles », furent misent au jour, deux fosses datant d’à peu près 1 200 av. J. C. remplies de centaines d’objets de bronze, de jade, de céramique, de coquillages et d’or mêlés à des dizaines de défenses d’éléphant. ( cliquer sur la photo pour l’agrandir ).
Masque de bronze de Sichuan
La technologie pour le jade est fantastique : les figures géométriques sur les tablettes, les trous circulaires réguliers et les motifs aux formes bizarres n’ont pas pu être sculptés et polis à la machine. Il est y a également deux jades d’un mètre de diamètre et qui sont coupés horizontalement. Leur tolérance d’horizontalité inférieure à un micron. Il y a des milliers d’années, les instruments de précision permettant de tailler ces jades n’ existaient pas, de sorte que la haute précision de la coupe est vraiment incroyable. Style Olmèque Malheureusement, les livres d’histoire actuel n’en ont fait aucune mention. De même des masques en bronze ayant gauche et à droite du masque, ainsi qu’au centre du front, des trous carrés avaient été forés. Ces trous n’ont pas été moulés, mais percés.   cliquer pour signification
Ce masque de Sichuan, le plus grand masque en bronze du monde. Ses yeux, sous forme de cylindres, sont bombés. Et ses globes occulaires sont en forme de losanges. Ses oreilles sont grandes et pointues. est de 1 200 av. J. C. si on compare les yeux, oreilles et nez avec.. le style Olmèque entre − 1 500 et − 1 100 étrange similitude ? ( P.B. )

Un arbre sacré en bronze, haut de 3,95 m, est composé de trois parties : le socle, l’arbre comme tel et un dragon enroulé autour. L’arbre est subdivisé en trois sections, et au-dessus de chacune d’elles est placé un disque en pierre très ajouré. Chaque section comprend trois branches : une à droite, une à gauche et une autre en arrière. Un oiseau se tient sur chaque branche. L’arbre présente donc neuf oiseaux. La manière dont cet arbre est façonné montre bien que la civilisation cinq fois millénaire de Sanxingdui avait la notion des chiffres. Arbre sacré en bronze
Cette statue, qui date de 1 200 av. J. C., l’homme de bronze, entier, d’un seul bloc. Il mesure 1,72 m plus un piedestal, ses enormes mains arrondies sur ce qui devait etre un sceptre. est unique au niveau du patrimoine mondial. Appelées la neuvième merveille du monde. Plus anciens de 1 000 ans que les statues en terre cuite des soldats de la dynastie des Qin ( 221-206 av. J. C. ) L’homme de bronze Dressé sur son triple socle, l’homme impavide atteint 2,60 mètres et pèse plus de 180 kg, ce qui veut dire qu’il a fallu faire fondre plus de 10 tonnes de minerai pour pouvoir la fabriquer et ce peuple de Sanxingdui connaissait déjà les techniques de température, de fonte, et de ventilation sinon il aurait été impossible d’arriver à un tel niveau de qualité.
D’après la logique du développement historique, il semble incompréhensible que nos ancêtres aient déjà possédé, il y a 4 000 ans, des sciences et techniques si sophistiquées.

Il y a environ 3 000 ans, cette ancienne ville, très développée, a été abandonnée brutalement. Et la civilisation de Sanxingdui s’est éteinte.
Mais, la découverte des ruines de Jinsha, en banlieue de la ville de Chengdu, dans le Sichuan, a apporté des éléments intéressants : le style des objets retrouvés là-bas et celui de ceux retrouvés à Sanxingdui se ressemblent. La civilisation de Jinsha, qui est apparue, selon les estimations, environ 500 ou 1 000 ans après celle de Sanxingdui, est considérée, en quelque sorte, comme la continuation de cette dernière. Certains spécialistes pensent donc que les habitants de Sanxingdui se sont tout simplement déplacés à Jinsha. Innondation ? Guerre ? Epidémie ? Pourquoi le site de Sanxingdui, après 2 000 ans, a-t-il été abandonné ? Plusieurs hypothèses existent. Pourtant, faute de vestiges et de textes historiques, l’abandon de Sanxingdui reste inexplicable.

décoration   Tous ces éléments semblent donc bien démontrer qu’il a existé, il y a au moins 6 000 ans, une civilisation inconnue possédant :
décoration   Une connaissance des mathématiques extrêmement sophistiquée : Trigonométrie sphérique, Translation trigonométrique, Projection cordiforme et Conversion de coordonnées polaires et rectangulaires.
décoration   Une parfaite connaissance de la rotondité de la Terre.
décoration   Des instruments de mesure très précis permettant de mesurer notamment la longitude avec une finesse atteinte seulement à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle.
décoration   Des moyens de navigation qui nous sont inconnus, des navires robustes, ou bien...
certains experts affirment que la précision des tracés n’a pu être obtenue qu’à l’aide de relevés aériens...
décoration   Cela explique pourquoi vers - 3000 à - 2700 ans en Chine début de l’utilisation du soc en agriculture (région de Hangzhou). Apparition des premières traces de correspondance, des premières techniques du tissage de la soie et introduction de la céramique dans toutes les îles de l’Asie du Sud-Est, plus la métallurgie du bronze.
décoration   Premières écritures hiéroglyphes en Égypte, développement de la technique du labour en attestée par les dessins dans les tombes.
Labour Égyptien avec sock de charue décoration   En Amériques vers - 3000 ans, innovations technologiques dans le tissage (métier à tisser) et de la céramique.
décoration   En Europe vers - 2300, apparaition des cultures de la céramique cordée, début de la pleine période de l’âge du bronze.
décoration   Ibn ben Zara (1487) et Benincasa (1508), cartographes arabe et portugais montrent l’Europe du Nord recouverte d’un glacier ressemblant à celui qui existait 12 000 ans av. j. c. et la Méditerranée dont le niveau correspond à celui qui existait à la dernière période glacière. Là encore la précision des longitudes est étonnante.
Le fait que des relevés aussi détaillés soient parvenus entre les mains de cartographes du XVIe siècle accrédite la thèse des Flem Ath sur l’essaimage de survivants de l’Atlantide.

Pour preuves,

Des pêcheurs d’éponges découvrent l’épave d’un navire romain, à 42 mètres de profondeur, près de la côte nord de l’ île grecque d’Anticythère. Parmi les nombreuses amphores, statues en bronze et en marbre, ils ramenèrent des pièces de bronze corrodées, enchâssées dans les restes d’une boîte en bois qui ne sera pas conservée.
( cliquer sur la photo pour l’agrandir. ) Vue du mécanisme d\'Anticythère
Fragment principal de la machine d’Anticythère, L’ensemble mesure environ 21 centimètres sur 16 pour 5 d’épaisseur. Le mécanisme consiste en un système complexe de 32 roues et plaques portant des inscriptions relatives aux signes du zodiaque et aux mois. L’étude des fragments suggère qu’il s’agissait d’une sorte d’astrolabe utilisée pour la navigation maritime. Une fois dégagées de leur gangue de calcaire et de corail, les inscriptions permettent de dater l’ensemble vers 80 av. J.C., ce qui est en accord avec l’âge des divers objets domestiques retrouvés, en dépit de la plus haute antiquité de certaines des statues.
Le mécanisme d’Anticythère, avec ces roues dentées et ces graduations fait penser tout d’abord à un astrolabe et il est référencé comme tel au musée d’Athènes. Jusqu’au jour où un physicien anglais à l’esprit ouvert et curieux, le Dr Price, ne se contenta pas de cette explication sommaire. Ainsi, par application d’une désoxydation électrolytique, il mit en évidence les cadrans, les aiguilles, une vingtaine d’engrenages ( découpés dans des plaques de bronze de 2 millimètres d’épaisseur ) et les différentiels du mécanisme manuel. Il apparaît donc que ce mécanisme est en fait un " antique ordinateur grec" permettant de décrire avec une très grande précision les mouvements des astres, en particulier du soleil et de la lune.
Curieux objet dans le supposé désert technologique des grecs ! Notons au passage qu’au IIe siècle av. J.C., Héron d’Alexandrie avait écrit un traité de construction d’automates hydrauliques dans son Traité des pneumatiques et qu’auparavant, au IVe siècle av. J.C., Archytas de Tarente aurait fait voler un "oiseau mécanique".

Première pile électrique Plusieurs petit vase en terre cuite reposant au fond des caves du musée de Bagdad. de 15 centimètres de hauteur sur environ 7,5 centimètres de diamètre. Emergeant du bouchon bitumineux, une tige en fer est insérée à l’intérieur d’un cylindre en cuivre et isolée de celui-ci à sa base par un tampon en bitume; base d’une pile conventionnelle. Le cylindre de cuivre étant soudé avec son capuchon par un alliage plomb/étain. Le cuivre porte une patine bleue caractéristique de la galvanoplastie à l’argent. ce qui jusitifie des vases en cuivre plaqués argent dans un site Sumérien vieux d’au moins 2500 ans av. J.C.
informations venant du site informations venant du site

Charles Hapgood eut entre les mains une très vieille carte maritime, dessinée en 1 513 par un amiral turc dénommé Piri Reis, il a écrit sur sa carte, en notes et dans son Bahriye que " Personne n’a au temps actuel une carte comme celle-là ". Ces cartes ont été dressées selon les données de chartes, des portulans de quatre Portugais qui montrent le Sind, provinces du Pakistan et la Chine et d’une carte dessinée par Christophe Colomb. Elles sont aussi justes pour la navigation sur les sept mers que les cartes de nos pays." Piri Reis déclare aussi avoir compilé sa carte à partir de vingt autres provenant de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie et datant au moins du IVe siècle av. J.C.
Hapgood fut surpris de la précision du tracé de la croûte orientale de l’Amérique du Sud sur cette carte, achevée à une époque où cette partie du monde n’était pas totalement cartographiée. La surprise fut complète quand Hapgood s’aperçut que l’Antarctique figurait également sur la carte, alors que ce continent n’avait été découvert qu’en 1 820, soit trois siècles plus tard !


( cliquer sur la carte pour l’agrandir ).
carte maritime d'un amiral turc dénommé Piri Reis décoration L’île de Marajo à l’embouchure de l’Amazone n’a été découverte qu’en » 1 543 «
décoration Les îles Malouines ne seront découvertes qu’en » 1 592 «.
décoration Les Andes sont représentées, elles ne sont pas encore connues.
décoration Le Lama, mammifère typique de l’Amérique du sud, est peint sur les Andes, il a été identifié en » 1 598 « par les Espagnols.
décoration Les grandes îles au-dessus de l’équateur, inconnues, correspondent aux haut-plateaux sous-marins des îlots St Pierre et St Paul, sur la Grande Dorsale Atlantique ( ou personne ne soupçonnait l’existence).
décoration On y voit les côtes de l’Antarctique qui ne sera découvert qu’en » 1 818 soit 300 ans « plus tard.
décoration L’Amérique du sud est reliée à l’Antarctique par un isthme qui a disparu il y a » 10 000 « ans.
décoration informations venant du site

C ’est alors que Hapgood dénicha une seconde carte "miraculeuse", celle d’Oronteus Finaeus (1 531). L’ensemble de l’Antarctique y figurait, avec de nombreux détails, comme l’emplacement des montagnes, des plaines et des rivières. Autant de particularités qui figuraient tant dans l’étude géologique de 1949 que dans les récits faits par Platon, plus de deux mille ans auparavant.

Le tracé des cartes de Piri Reis et de Finaeus ou de l’Italien Zeno, où celle de Ptolémée datant du IIe siècle. Toutes ces cartes présentent des détails inconnus à l’époque à laquelle elles ont été établies, dont l’authenticité a été prouvée, s’inspirait donc de cartes très antérieures, en conséquence dessinées par un peuple disposant d’une maîtrise technique incomparable pour son époque.
La carte d’Hadji Ahmed datée de 1 559 qui représente une cartographie très moderne des Amériques et surtout de leurs côtes ouest.
Preuve de la monté des mers La carte de l’italien Zeno, établie en 1 380. Elle contient des éléments non encore découverts à cette date, comme l’île de Marajo, à l’embouchure de l’Amazone (découverte en 1 543), ou encore les Malouines (1 592). Elle avait plusieurs siècles d’avance sur ses découvertes en montrant le sous-sol rocheux du Groenland, débarrassé d’une partie de ses glaces, après la dernière période glacière Il y a 20 000 ans, une grande quantité d’eau était mobilisée sous forme de calottes glaciaires et le niveau de la mer était de cent dix à cent vingt mètres plus bas qu’aujourd’hui. Le rivage de la Méditerranée se situait alors à plusieurs kilomètres de l’emplacement de la grotte.. , pour preuve La grotte Cosquer (du nom du plongeur Henri Cosquer qui l’a découverte en 1991), située dans les Calanques, près de Marseille, Elle est accessible par un tunnel long de 175 mètres dont l’entrée est à 37 mètres sous l’eau... Elle abrite plusieurs dizaines d’oeuvres peintes et gravées il y a environ 27 000 et 19 000 ans. Parmi les peintures d’animaux on peut reconnaître des pingouins et des phoques ! Le climat de la France, à cette époque, était sensiblement celui de la Norvège.

La plus ancienne carte d’étoiles connue est un atlas céleste complet découvert en 1900 parmi 40 000 manuscripts précieux entreposés dans les Caves de Mogao, un monastère bouddhique sur la Route de la Soie chinoise près d e la ville-oasis de Dunhuang (Gansu-Chine).
atlas céleste Chinois Cachés dans une grotte aux alentours du XIe siècle, ces manuscrits, principalement des textes religieux bouddhiques ont été miraculeusement préservés grâce au climat très aride. L’étude scientifique détaillée de la carte réalisée par les chercheurs a permis de conclure que l’atlas qui contient plus de 1300 étoiles a été composé dans les années +(649-684). Utilisant des méthodes de projections mathématiques précises, il conserve une précision de 1,5 à 4° pour les étoiles les plus brillantes. Une fraction de la carte de Dunhuang montrant trois sections du ciel le long de l’équateur suivies de la région circumpolaire (à gauche). Crédits British Library. Il révèle aussi le remarquable niveau de la science chinoise dans l’usage des projections mathématiques. C’est la plus ancienne carte d’étoiles connue toutes civilisations confondues et la première représentation graphique de l’ensemble des constellations chinoises. les 1300 étoiles est distribué en 257 astérismes différents, les constellations chinoises selon la tradition chinoise très ancienne décrite dans des catalogues d’étoiles antiques. En particulier, les étoiles sont réparties en trois groupes de couleurs différentes pour distinguer les trois catalogues anciens élaborés durant la période des Royaumes Combattants (- 476 à - 221). Le document est dessiné très soigneusement à la main, avec le nom indiqué pour la plupart des constellations.

Carte du grand empire Ming

Les explorateurs chinois avaient abordé les côtes de l’Afrique australe, C’est ce que révèle une carte chinoise datée de 1 389, baptisée " Da Ming Hun Yi Tu " (Carte du grand empire Ming), qui s’étend de la Chine à l’océan Atlantique symbolisées par le navigateur Zhen He; Nommé Amiral des mers de l’Ouest par l’empereur, Zheng He se retrouve, à 34 ans, à la tête de la plus grande flotte navale que l’Histoire ait connu : plus de 300 vaisseaux et 30 000 hommes prennent part à la première expédition impériale en 1 405 et de 1 405 à 1 433, Zheng He voyage au Vietnam, à Java, à Sumatra, en Inde, à Singapour, au Sri Lanka, au Yémen, en Somalie et au Kenya. Contrairement aux Européens, les Chinoi laissèrent peu de traces. Cette carte est une copie d’une carte bien antérieure environs du premier siècle après J.C. mentionnaient déjà des noms présents sur le continent africain, et plus au sud du désert du Sahara se trouve un lac, bien plus étendu que la mer Caspienne..( lac victoria ). Et qui témoigne selon laquelle le Sahara fut il y a environ dix mille ans une terre hospitalière.

trois races représentées sur un vase

Les trois races représentées sur un vase...
En pays maya à Campeche de 250 à 750 A. J.C., un vase extrait d’un tombeau présente trois catégories de personnages. Les uns ont la peau cuivrée, d’autres la peau blanche, d’autres enfin la peau noire. Comment les Amérindiens ont-ils pu imaginer ces trois couleurs de peau sans avoir rencontré des hommes présentant ces caractéristiques ? Dans différentes civilisations amérindiennes, des statuettes représentent des personnages barbus. Comment un peuple dont les hommes sont pratiquement dépourvus de barbe ont-ils pu imaginer cette caractéristique ? On peut aussi citer les appui-tête, communs à certains peuples méditerranéens et mexicains. Il reste le mystère soulevé par le dieu Quetzalcoatl. Le « Serpent à plumes », le « Dieu de l’Aurore et du ciel » existe, sous différents noms, dans toutes les mythologies amérindiennes : Kukulkan au Venezuela, Bohica en Colombie, Viracocha au Pérou, chez les Incas. Il est toujours décrit comme « un dieu barbu à peau blanche venu de l’est ». Comment des hommes à la peau cuivrée et dont la barbe est pratiquement inexistante ont-ils pu imaginer un dieu présentant ces caractéristiques, qui ressemblent étrangement à celles des navigateurs méditerranéens de l’Antiquité ?


décoration

Á Pompéi

Il existe une fresque murale qui représente un fruit inconnu ressemblant étrangement à un ananas, un fruit purement américain, ensuite il y a quelques années on a trouvé une galère romaine dans l’Amazonie ! Un autre mystère persiste celui des Egyptiens. Ils connaissaient le Tabac et la Coca ! Pour ce dernier des preuves irréfutables ont été trouvé dans les cheveux des momies égyptiennes, ils contenaient des substances qui prouvent qu’ils prenaient de la coca. Ces traces de cocaïne ont divisé profondément la communauté scientifique.
Un autre peuple de navigateurs aurait pu également atteindre les côtes américaines : les phéniciens. En 609 av. J. C. naviguèrent ainsi pendant 4 années et revinrent à Alexandrie après avoir contourné le continent africain. On a découvert une de leur galère en Afrique du Sud.

L

es preuvent des géants dans notre monde.

Taille d’une pierre gigantesqueAu Pérou, à près de 2800 m d’altitude, à Ollantaytambo on trouve ces pierres gigantesques dont l’échelle nous est donnée par la présence d’un ami assis. La taille est si parfaite que l’on ne peut pas passer une lame de rasoir entre les pierres. Comment a-t-on pu d’ailleurs, les transporter à une telle altitude, car les carrières sont très éloignées de là, dans la vallée ? Chaque pierre travaillée est un oeuvre d’art à elle seule car elle possède des côtés, des angles et des volumes différents des autres pierres. Particularité, les pierres viennent de l’autre côté du rio Urubamba, et les incas déviaient le cours de la rivière a chaque pierre (20 à 30 tonnes pour certaines). Certaines sont restées sur le trajet, ne pouvant plus être bougées par les centaines d’hommes qui chariaient les pierres, elles ont été appelées par les incas "les pierres fatiguées"; on les trouve encore de ci de là dans le village et alentours. ( Ce qui me frappe c’est la similitude du travail de decoupe dans la pierre la même que dans l’encadrement de la Porte du soleil à Tiahuanaco et aussi le site de Gobekli Tepe avec des mégalithes en forme de T, mais en Turquie !! et tous ce travail de découpe avec comme outils des silexs !?!? Même dans le granit......) P.B.

Pierre "Hadjar el Gouble" à Baalbek au Liban

Faite des mains de l’homme Peut on imgaginer la taille et le volume Le bloc abandonné dans la carrière. Un homme dessus donne l’échelle !!!!!!! La phénoménale pierre "Hadjar el Gouble" à Baalbek au Liban de 22,73m de long, 4,55m de large et 4,68m de haut. Poid environ 1200 tonnes .....
A ce jour aucune grue n’est capable de la porter. Elles présentent des similitudes stylistiques avec d’autres murs de pierre dans le nouveau monde, comme Ollyantaytambo au Pérou et tiahuanaco en Bolivie.
Impensable
  >> Au centre de cette photos deux personnes donne l’échelle avec les 13 marches à droite ! De la taille des 4 pierres horizontale d’un poids qui dépasse les 1000 tonnes chacune et qui ont servit de fondement du temple de Jupiter de l’époque Romaine. »    Passez la souris sur la photo à droite !
Au même titre que la Cour des Grands construite dés 98 ans aprés J.C. entouré de 128 colonnes de 20 mètres de hauteur de granit rose, extraite à Assouan, mais la façon dont elle ont été transporté par voie terrestre et maritime demeure un mytère du génie.   Travail de géants ?

impressionant

L’île de Tongatapu dans les îles du Tonga,

possède la seule voûte megalithique du Pacifique du sud : Le trilithon de Ha’amonga. Chacun des piliers de corail mesure 4.9 m de haut et pèse environ 50 tonnes. Le linteau, qui est placé dans des cannelures de pierres droites, est de 5.8 m de long et pèse environ 9 tonnes.


La présence de ces énigmatiques jarres géante a engendré dans la population locale et au cours des siècles, de nombreuses légendes. Ce champs de jarres monolithiques et de pierres funéraires du Tràn-ninh (Haut-Laos)
jarres de pierre Au Nord-Nord-Est de l’ancienne ville de Xieng Khouang, plusieurs groupes de jarres plus de 43, découvert par Madeleine Colani datation de ces jarres de pierre, sur une période allant de 500 av .J. C. à 800 ap .J. C.; Le mystère entoure encore cette civilisation encore inconnue, et le peuple qui réalisa et utilisa ces jarres. jarres de pierre Elles sont de différentes tailles, de un à trois mètres de hauteur, mesurant près de huit mètres de circonférence, pesant de 500 kg à plusieurs tonnes pour les plus grandes (qui peuvent contenir jusqu’à dix hommes debout). Elles ont été taillées dans des blocs de roches monolithiques provenant de la région : calcaire de grès, et parfois granits.
Ces champs funéraires ou le mobilier qui l’entoure est des plus riches avec plus de 200 perles en verre, grelots en bronze, 5 bracelets en fer et une perle pseudo-romaine.
ref. Google : Mégalithes du Haut-Laos, Hua Pan, Tran Ninh par Madeleine Colani.
informations venant du site

Sphères mégalithiques du Diquís (Costa Rica) travail de géant.

photo de boule photo de boule photo de boule

Le Dr Stirling et sa femme mesurent une boule de granit. Une collection exceptionnelle de sphères mégalithiques de grande dimension (de 0, 7 à 2,57 m de diamètre). On en trouve en pleine forêt, loin de toutes carrières où l’on aurait pu les extraire. Le fait que leur signification et leur usage restent largement inconnus et que leur processus de fabrication, bien qu’en partie compris, ne puisse être entièrement expliqué, contribue à leur mystère. Ces sphères sont rares par leur perfection et leur grande taille. Elles auraient été fabriquées de main d’hommes par "d’habiles artisans" inconnus précolombiens.
En Europe dans le village de Mecevici (Zavidovici, Bosnie) lui aussi contient plus de 20 de ces boules de granit analogues à celles du Costa Rica.

De nos jour.

( Passez la souris sur l’image ! ) 3 photos d’hommes géant

L ’homme le plus grand de tous les temps, mesurait 2m 72 ses pieds 47cm et ses mains 32,5cm il pesait 222kg. ...

( cliquer pour voir la liste )
empreinte de pied

Empreinte géante de pied fossile.

C’est en février 2002 que James Snyder, un habitant de la région de Ramona, a fait cette découverte étonnante lors d’une balade dans la forêt nationale de Cleveland. En sortant des sentiers battus à la recherche d’or dans le massif de Gowers, Snyder est tombé sur une empreinte géante de pied fossile dans la roche granitique de ce qui a sans doute été un cours d’eau il y a longtemps... très longtemps...

le plus grand bouddha

Le Bouddha géant de Leshan

(alias Dafo) est la plus haute statue de bouddha au monde, avec une hauteur de 71 mètres creusée dans la falaise par un moine a commencé en l’an 713 ap J. C. et a pris 90 ans pour le finir, dans le sud de la province de Sichuan, située dans le Sud-Ouest de la Chine.
Dafo est la plus haute statue de Bouddha dans le monde. Ses épaules sont de 28 mètres (92 pieds) de largeur et son petit ongle du pied peut accueillir une personne assise. Chaque sourcil est longue de 18 pieds. Son oreille tombante est de 6.2 mètres long, son oeil 3.3 mètres de large. Son doigt moyen est de 8.3 mètres de long, et chacun de ses pieds nus est de 11 mètres de long et de 8.5 mètres de large, assez grand pour que plus de 100 personnes reposent dessus.

Publiée dans la revue "Science", une étude montre qu’après la disparition des dinosaures, il y a 65 millions d’années, toutes les lignées de mammifères ont vu leur taille augmenter considérablement. Une équipe internationale, a collecté et analysé, durant trois ans, les données concernant la denture de fossiles des principaux groupes de mammifères terrestres, pour en déduire la taille maximale atteinte par ces espèces. La remarquable similarité des tailles maximales sur les différents continents suggère qu’il y avait des niches écologiques vacantes similaires pour des mammifères géants partout sur le globe, l’ homme en fais partie. Plus le climat était froid, plus grands semblaient être les animaux, les plus grandes créatures conservant mieux la chaleur. Les plus grands évoluant aux époques où la Terre était la plus froide et les habitats terrestres les plus vastes.
" Un rapport avec les boules de granit du Costa Rica, fabriquées de main d’hommes dans le monde, où les jarres géante du Tràn-ninh (Haut-Laos), où bien encore la phénoménale pierre "Hadjar el Gouble" et les géants, Nephilim enfants d’Anak qui étaient là avant le déluge verset 33 de la Bible , dernière glaciation de - 120 000 à - 10 000 ans ? "
Vos réflexions sont les bien-venues

Géoglyphes de Nazca

Les plaines de Nazca se trouvent le long de la côte du Pacifique au Pérou, à quelque 400 km au sud de Lima, dans un environnement désertique, à 400 mètres d’altitude, couvrent environ 450 km2. Dans les pampas de San José et les collines de la vallée du Grand Fleuve. Découverts en 1926 au Pérou, les géoglyphes de Nazca sont de grandes figures tracées sur le sol, souvent figuratives, Colibri, singe, chien ou araignée, un poisson... figures de nazcae d’autres des végétaux stylisés ou des êtres fantastiques, d’autres encore des figures géométriques, parfois longues de plusieurs kilomètres qu’ils ne peuvent être visualisés que des airs à une hauteur de plusieurs centaines de mètres.
Ces géoglyphes sont le fait de la civilisation Nazca, une culture pré-incaïque du Sud du Pérou qui se développa entre 300 av. J.-C. et 800 de notre ère. Calendrier astronomique ?
( cliquer sur la photo de droite pour l’agrandir. )
figures de nazcaeCi contre, lignes et géoglyphes de Nazca dans une image Landsat-7 (résolution de 30 m, 26/04/00) avec des détails issus d’une image QuickBird (résolution de 0,6 m, 16/09/02). Source: Tokai University Research & Information Center, Japan.
D’après la mathématicienne allemande Maria Reiche, qui a consacré la majeure partie de sa vie à l’étude archéologique et à la préservation du site, les géoglyphes formeraient un immense calendrier astronomique, dont les lignes pointent vers des étoiles remarquables ou des constellations.
figures de nazcae Là commencent les hypothèses, car appuyées sur des études précises et approfondies de scientifiques et d’historiens. Il faut séparer en deux les figures : d’une part les lignes, de l’autre des dessins d’animaux. Il semblerait que les lignes désignent la position d’étoiles, mais aussi du soleil et de la lune à un moment donné : on a pu démontrer que le 21 décembre, jour du solstice d’hiver, le soleil se couche exactement sur une ligne. Ainsi, l’ensemble des géomorphes constituerait un calendrier astronomique géant.
Cette théorie a été infirmée en 1968 par l’astrophysicien américain Gerald Hawkins, d’après les recherches qu’il réalisa en se fondant sur des calculs informatiques. En reconstituant la carte du ciel telle qu’elle était à l’époque des Nazca, il démontre que 80% des géoglyphes n’ont aucune relation avec les constellations importantes, cependant ses recherches furent démolies à cause d’une erreur de méthodologie grave. Il avait reconstitué la carte du ciel en se fondant sur celle de Stonehenge qui n’est pas dans le même hémisphère.
Les tracés terrestres destinés à être vus du ciel ne sont pas rares sur la Terre. Ces oeuvres qui ont utilisées la terre comme support comprennent notamment les créations des Mound Builders aux Etats-Unis, le géant d’Atacama au Chili, le zodiaque de Glastonbury, les chevaux blancs du Dorset ou le Grand Homme de Wilmington dans le Sussex.

Un autre mystère...

Dans la pampa, au Sud des lignes de Nazca, des archéologues ont découvert la cité perdue de ceux qui sont supposé être les constructeurs des lignes. Cette ville, nommée Cahuachi, fut bâtie il y a presque 2 000 ans et fut mystérieusement abandonnée 500 ans plus tard.

Agriculture :

ingéniérie hydraulique ingéniérie hydraulique

Les Chimú furent avant tout de grands spécialistes de l’agriculture "intensive" en plaine côtière : fort doués pour l’ingéniérie hydraulique et les travaux d’irrigation, ils réalisérent des réseaux de canaux qui permettaient de relier plusieurs vallées côtières entre elles, comme celles du rio Chicama et du rio Moche près de Trujillo, des rios La Leche, Lambayeque, Reque, Zaña et Jequtepeque près de Chiclayo. Ils creusaient des puquios où acqueducs souterrains pour aller chercher l’eau de la nappe phréatique, et construisirent aussi bon nombre de petits lacs de retenue.

ingéniérie hydraulique

Les Mochica réalisèrent aussi de grands travaux hydrauliques : tout un réseau d’acqueduc estimé à 150 km de long, pour récupérer l’eau des contreforts andins et irriguer les plantations. L’un d’eux existe encore dans la vallée du Rio Chicama : c’est le canal de la Cumbre, atteignant parfois 15 m de hauteur sur un kilomètre et demi de longueur.

L ’acqueduc, dont la longueur (actuellement reconnue) atteint 9 km, est un canal creusé dans la roche volcanique (canteria ), mesurant entre 35 et 50 cm de large. Il recueillait les eaux de ruissellement du versant oriental de la Cordillière et les amenaient vers un réservoir situé au pied du Cerro Santa Apolonia, avant de servir à l’irrigation des terres arables du bassin de Cajamarca. Le travail de la pierre, comme le tracé, en est très élaboré : on y relève des grecques et des angles droits, sans doute destinés à ralentir la vitesse des eaux. Sur les parois, sont gravés de nombreux pétroglyphes dont on ignore la signification.
voir absolument    Complément d’info:
           ref. : http://www.amis-arts.com/les_civilisations/incas/49_splendeur_royaume_chimu.htm
           ref. : http://www.seos-project.eu/modules/world-of-images/world-of-images-c04-p12.fr.html

Aussi :

Il existe un monument assez curieux dans le Golan ancien Syrien, dans le territoire contesté du Golan. occupée par Israël suite à la guerre des Six Jours de 1967 et annexée par l’État hébreu le 14 décembre 1981. Cette annexion de la région a été condamnée par le Conseil de sécurité des Nations unies et n’a jamais été reconnue par la communauté internationale. Il s’agit d’un monument mégalithique de Rogem Hiri (en arabe رجمالهيري Rujm al-Hiri, ce qui signifie ’tas de pierres du chat sauvage’), est situé au centre du Golan, de l’époque du bronze de - 5 000 à - 4700 ans à quelque 16 km à l’est du lac de Tibériade, sur un plateau nu parsemé de rocs de basalte. assez peu connu, mais qui est néanmoins un des vestiges les plus mystérieux des anciennes civilistions.
Cette structure, qui ressemble étrangement à celle de ( plan du lieu Stonehenge qui elle a été construite en quatre phases entre 3 100 et 1 600 avant notre ère, avec des pierres d’origines différentes. Certaines pierres proviennent d’Avebury, à une vingtaine de kilomètres, d’autres des monts Prescelly dans le pays de Galles à plus de 200 kilomètres, et de Milford Haven, à 250 kilomètres. ) distante de 2500Km, est appelé Gilgal Refaim. Il s’agit de cinq cercles de pierres concentriques qui forment un immense cercle de 156 mètres de diamètre. photo de rujm al-Hiri Le cercle le mieux préservé comprend des pierres qui mesurent plus de 2,50 mètres de hauteur et d’une épaisseur variable - 3,5 m au maximum; certaines atteignent facilement le poids de 20 tonnes. Au centre de ce cercle se trouve un tumulus constituant une chambre funéraire qui mesure 65 pieds de largeur. Comment donc a-t-on pu construire ce "monument" et - surtout - par qui l’a-t-il été ? à cause de la situation de conflit qui prévaut dans cette région, les chercheurs ne peuvent mener leurs recherches comme ils le voudraient, les fouilles archéologiques progressent avec extrême lenteur. Néanmoins, certaines constations fascinent littéralement les chercheurs, notamment le fait que les cercles intérieures, et qui servent en quelque sorte de portes, sont orientées l’une nord-est et l’autre sud-est. Le professeur Yonohan Mizrahi, chef du département d’anthropologie de l’Université de Harvard, et le professeur Anthony Aveni, ont découvert que l’an 3 000 av. J. C. les premiers rayons du soleil, au matin du solstice d’été le 21 juin; pointaient à travers le portail nord-est pour baigner directement de sa lumière le tumulus central. Plus encore, le portail sud-est est en ligne directe avec Sirius. Les conclusions tirées de ces faits incitent donc à croire que ce cercle était utilisé comme observatoire astronomique, en plus de servir de calendrier stellaire. Les premières études estimaient la construction du site à environ 6 000 ans av. J. C., ce qui démontre que ce site précède l’érection des grandes pyramides et des temples de Babylone.
Un site d'alignements mégalithiques exceptionnel constitué d'alignements de menhirs, de dolmens et d'allées couvertes et réparti sur plus de quatre kilomètres. Les alignements de Carnac en France sont les ensembles mégalithiques les plus célèbres et les plus impressionnants de cette période avec près de 4 000 pierres levées.
informations venant du site
15 sites mégalithiques majeurs en France et autres informations

mise a jour  : 3 août 2014

sépultures du Magdeleneberg.

La construction d'un énorme calendrier celtique a été découvert dans la tombe royale du Tumulus du Magdalenenberg à proximité de Villingen-Schwenningen en Forêt-Noire.
La position des sépultures du Magdeleneberg représente un modèle de constellation qui peut être vu entre plein hiver et plein été, alors que Stonehenge était orienté vers le soleil. Les constructeurs avaient positionné de longues rangées de poteaux en bois dans le tumulus afin de pouvoir marquer les cycles lunaires, d’une durée de 18,6 ans(>Saros<), étaient les "pierres angulaires" du calendrier celtique.
Une recherche archéo-astronomiques a pu reconstituer la position des constellations du ciel au début de la période celtique et suivant celles qui étaient visibles en plein été. Elle a abouti à une date du solstice d’été en 618 avant JC, ce qui fait de ce calendrier celtique axé sur la lune, le plus ancien et le plus complet.

(>Le saros est, en astronomie, une période de 223 mois synodiques ou lunaisons (environ 18 ans) qui peut être utilisée pour prédire les éclipses de Soleil<)
informations venant du site     http://decouvertes-archeologiques.blogspot.fr/2011/10/decouverte-du-plus-ancien-calendrier.html

 

décoration
mise a jour Témoignages des lectrices et lecteurs.
Caro de Toulouse Caro de Toulouse
décoration
Sites à voir :
annuaire-web-quebec.info/
www.handicapzero.org/ marlowcc.org.uk/mannequin-denyse-winters-amputee/ Le blog de Feyd Harkonnen
www.crypto-investigations.org/t829-tiahuanaco-premiere-cite-de-pierre
dossiermystere.skyrock.com


En cas de conflit avec ces articles (problème de droits d’auteur, etc.) vous pouvez en demander la suppression auprès de l’administrateur du site.

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Voir